Un crédit personnel pour s’épanouir dans la musique

Un crédit personnel pour s’épanouir dans la musique

Caroline Dellacherie

C’est par l’intermédiaire d’une amie que Caroline a entendu parler de Crédal pour la première fois. « Au début, je ne pensais pas pouvoir obtenir un crédit. Je me disais que, dans ma situation, j’étais insolvable ». Une situation personnelle et un parcours de vie compliqué, qui n’ont pas empêché la jeune femme d’obtenir une aide financière pour l’achat d’un instrument de musique un peu particulier : une vielle à roue. Témoignage.

Il y a dans la musique quelque chose de magique. Ses vertus sur le corps et l’esprit sont nombreux, comme le fait d’évacuer le stress, de se détendre et d’oublier ses problèmes. Elle nous transporte, permet de nous évader dans un autre monde. Elle rassemble aussi car le son envoûtant d’une belle musique fait tomber les différences, les religions ou les classes sociales : « Dans la musique, on peut mettre tout ce qu’on veut. C’est international. Toutes les barrières sociales et socio-culturelles tombent ».

C’est également grâce à la musique que Caroline Dellacherie, alias Isis de Koryo (son nom de scène), a redonné un sens à sa vie. Passionnée par les reconstitutions historiques et l’époque médiévale, la jeune femme s’est en effet servie de la musique pour s’épanouir, aussi bien personnellement que socialement. Les reconstitutions rassemblent beaucoup de monde et constituent souvent une petite communauté. Une sorte de grande famille dans laquelle Caroline se sent bien. Elle y joue d’ailleurs un rôle important, puisque c’est en partie grâce à sa musique que les reconstituants peuvent s’immerger au maximum dans cette ambiance particulière.

Caroline a d’abord commencé à jouer de la harpe celtique, ce qui lui a permis de participer aux reconstitutions. Mais très vite, elle a voulu apprendre un deuxième instrument, la vielle à roue : « Je cherchais un instrument pour pouvoir faire de la musique en déambulant, jouer en marchant pour attirer les gens. Donc toucher un plus large public que derrière ma harpe et derrière ma petite tente ». Elle s’est alors tournée vers Crédal, qui lui a octroyé un crédit personnel pour l’achat de cet instrument… d’un autre temps.

Mais au-delà de l’aspect financier, c’est avant tout les valeurs humaines d’ouverture et de compassion qui ont marqué Caroline lors de ses différents entretiens avec Crédal. Le côté humain, l’écoute et l’absence de jugement ont touché la jeune femme, au point de venir témoigner lors de notre dernière assemblée générale, alors qu’habituellement c’est un exercice qui la tétanise. C’est bien la preuve que Caroline, ou plutôt Isis de Koryo, a bien évolué depuis le début de cette nouvelle aventure personnelle.

 

Plus d'info:

www.facebook.com/isisharpiste

 

Propos recueillis par C.Coppens - Chargé de communication

Le microcrédit personnel : la finance solidaire au quotidien

Le microcrédit personnel : la finance solidaire au quotidien