Le rêve d’une autre société

Le rêve d’une autre société

Réseau d'initiatives en horeca durable

Un peu partout en Belgique, en ville et à la campagne, des cafés citoyens ouvrent leurs portes. Des lieux convi- viaux où une restauration durable, locale et de saison est un prétexte à la rencontre, à l’échange et à la créa- tion de liens.

Un café citoyen – ou de manière plus large, une initiative d’HORECA durable – ce n’est pas juste qu’un café. Bien sûr on y sert à boire et à manger. Naturellement, on peut y venir en famille ou entre amis y passer un bon moment. Un café citoyen, c’est tout ca et bien plus encore. Un café citoyen, c’est un rêve de transformation de la société qui démarre d’un café. « Souvent, derrière le projet d’un café citoyen, il y a l’envie de créer un projet en cohérence avec ses valeurs, la convivialité, l’hospitalité, l’envie aussi de redynamiser un quartier » explique Patrick, un des fondateurs de l’Altérez-vous, le café citoyen de Louvain-la-Neuve.

Créé à l’initiative d’Altérez-vous, grâce au soutien de Crédal qui a été mandaté pour accompagner sa structuration, un réseau de ces initiatives d’horeca durable a vu le jour en septembre dernier et rassemble une poignée de ces cafés engagés et solidaires : Altérez-vous, l’Eau chaude et le Relais du triporteur à Bruxelles ainsi que Quatre Quarts de Court-Saint- Etienne, autant de cafés citoyens qui partagent une même envie de faire bouger les choses. Le réseau s’est structuré autour d’une charte qui place au centre de l’activité la convivialité, la culture, les activités citoyennes et la sensibilisation à une alimentation et à des modes de consommations durables.

« Ce qui nous réunit, c’est la volonté de ne pas nous sentir seuls, l’envie d’échanger entre pairs. Savoir que c’est difficile pour tout le monde, c’est parfois rassurant » explique Patrick.
« Tout le monde rencontre les mêmes problèmes. On est tous passés par une phase où on se rend compte que la réalité est plus dure que le rêve. Et c’est à ce moment-là que le réseau est utile » poursuit Sorina, co-fondatrice de l’Altérez-vous.

Tout citoyens et solidaires qu’ils sont, ces cafés pour perdurer doivent en effet trouver le moyen de pérenniser leur activité. Bel exemple d’entrepreneuriat social où l’outil économique est au service d’une idée et garantit son existence mais où « pour que cela marche, il faut que les gens qui y travaillent soient payés et donc, il faut que ca tourne. » Derrière les valeurs et la convivialité, il faut un certain réalisme économique et un professionnalisme certain. « Ca peut avoir l’air simple d’ouvrir un café mais, en réalité, on ne s’improvise pas restaurateur en un clin d’œil » sourit Sorina, du haut de ses 7 années d’expérience à la tête du café louvaniste.

Car pour faire vivre un lieu de ce genre, il faut faire du chiffre d’affaires, c’est inévitable et cela renvoie à la question qui travaille en permanence les membres du réseau : comment faire un projet économique qui tienne la route tout en gardant ses idéaux ? Un pari réussi pour les plus anciens de ses cafés citoyens qui, en quelques années, sont devenus des incontournables acteurs du tissu social. « Quand ils viennent chez nous, les gens viennent se détendre et donc c’est un bon moment pour échanger, sensibiliser. » Aujourd’hui, les cafés citoyens réussissent à marquer le paysage et sont devenus de vrais lieux de changement, à coup de rencontres, de convivialité et de liens recréés.

 

Pour en savoir plus:
www.credal.be/rihd www.rihd.be

 

Propos recueillis par Anne-Catherine DE NEVE
Chargée de communication