Le bonheur en petits pots

Le bonheur en petits pots

Bio Child

Vidjéa Trapieznikow est enseignante primaire de formation. Après 10 ans dans l’enseignement, elle ressent l’envie de changer de carrière. A cette époque, son garçon a l’âge des purées. Tout naturellement, Vidjéa, qui fait attention à ce qu’elle consomme, se met aux fourneaux pour préparer à son petit garçon des purées maison.

« Quand mon fils a commencé à manger des purées, je me suis renseignée sur ce que contenaient les petits pots que l’on vendait dans le commerce et ce que j’y ai trouvé ne m’a pas plu du tout. J’ai alors commencé à cuisiner. J’y consacrais mon dimanche après-midi et je cuisinais en une fois tous les repas du mois, que je congelais ensuite » se souvient Vidjéa. Dans sa cuisine, la jeune maman est très organisée : elle note systématiquement dans un carnet toutes les recettes qu’elle prépare et une liste des différents menus qu’elle a congelés.

Bio Child

« Mon compagnon a été, après mon fils, le premier testeur – très enthousiaste - de mes recettes » sourit l’entrepreneure « et il m’a très vite dit : pourquoi ne pas te lancer ? Au début c’est juste une idée comme cela, qu’on ne prend pas vraiment au sérieux… » Mais, à l’occasion du premier anniversaire de son fils, les amies de Vidjéa, elles aussi jeunes mamans, découvrent ses talents culinaires et achèvent de la convaincre de se lancer.

Vidjéa s’inscrit à la formation en alimentation durable organisée par Crédal, Co-cooking, qui associe un accompagnement à la création d’entreprise et un coaching culinaire par un chef. Elle suit ensuite une formation de nutritionniste spécialisée de l’enfance, de la grossesse jusqu’à 18 ans. Après plusieurs mois de développement de son projet, elle entre en couveuse d’activités et lance Bio Child, sa gamme de petits pots bios surgelés. « Le surgelé, c’est un excellent mode de conservation des aliments : si on surgèle dans les règles de l’art entre -25 et -40°, on conserve le goût et tous les nutriments. Alors qu’un légume oublié dans le bac du frigo perd rapidement une grande partie de ses qualités nutritives. »

Elle obtient chez Crédal un microcrédit professionnel pour financer la location de sa camionnette frigorifique et le stock de matières premières et trouve une cuisine partagée, celle d’une maison de repos qu’elle peut utiliser en soirée. « A l’époque, j’étais enceinte de ma seconde. On a cuisiné non stop pendant plusieurs semaines pour constituer un stock suffisant pour les premières semaines. J’ai fait mes premières livraisons 2 jours avant d’accoucher et j’ai dit à la petite : maintenant tu peux venir… » sourit-elle.

Purée de patates douces, bettes, épinards et même chicons, pour établir ses recettes, Vidjéa associe à sa formation de nutritionniste son instinct de maman et son goût pour les ingrédients de saison et les aromates. Elle propose des associations qui font mouche chez les petits et les plus grands. « Je ne masque jamais les goûts des ingrédients que les enfants pourraient ne pas aimer. L’idée, c’est plutôt de les associer. Et toujours de tester les recettes. Avec les enfants, c’est vite fait : s’ils n’aiment pas, ils font la grimace. » Aujourd’hui, Bio Child est livré dans les crèches de sa région, dans certaines enseignes bio et en vente directe chez les mamans. Plus tard, Vidjéa a comme projet d’ouvrir sa propre boutique. De quoi éveiller les papilles de nos petits aux aliments qui leur font du bien…


Pour en savoir plus
https://www.facebook.com/biochildrepas/
www.biochild.be

 

Propos recueillis par AC de Neve, chargée de communication