Soutenir les choix éthiques

Soutenir les choix éthiques

Le télétravail, c’est la fin des pauses de midi entre collègues. Et un monde qui s’écroule pour les snacks et les traiteurs.

Dans ce contexte de crise, Beauclair a pu compter sur deux atouts : sa cohérence et le soutien bienveillant de Luc, bénévole chez Crédal.

Beauclair est un atelier culinaire bruxellois, ouvert en 2018, qui porte haut ses valeurs : la gastronomie est végétarienne et généreuse, la cuisine zéro déchets et les produits frais, bios, locaux et de saison. Des cuissons basse température au refus des barquettes en plastique ou du travail au noir, tout a été pensé par Anaïs et Régis dans le respect des personnes et de l’environnement. Cette attention à l’écologie, qui devrait être la norme, représente pourtant pour les deux entrepreneurs une lourde contrainte. « C’est dur d’être rentable quand on veut faire tout bien », admet Anaïs. Mettez une soupe fraîche et bio dans un contenant réutilisable et faites-la livrer à vélo par une coopérative locale : cela s’avèrera bien meilleur mais beaucoup plus cher que de la verser dans un plastique chinois et de l’envoyer dans le sac à dos d’un coursier d’une grande plateforme de livraison. « Nous faisons des choix payants à long terme mais coûteux au démarrage. »

Mais, parmi toutes ces difficultés, celle que Régis et Anaïs n’auraient jamais pu imaginer, c’est le confinement. Du jour au lendemain, presque tous les bureaux se vident de leurs collaborateurs. Beauclair s’adresse principalement à cette clientèle de travailleurs qui commandent leur repas de midi ou viennent le chercher au petit comptoir situé à Schaerbeek. « Nous avons perdu 80% de notre clientèle », se désole Anaïs. La douche est glacée pour les deux artisans traiteurs. « On était dans le brouillard, sans aucune idée de la durée de cette crise. » Ils se tournent alors vers Crédal qui les met en contact avec Luc, un chef d’entreprise à la retraite. Il a du temps, de l’énergie et de l’expérience à apporter au projet. Pour Anaïs et Régis, ce « regard extérieur bienveillant » est une boussole dans la tempête. « Il nous a donné des avis » au moment où il fallait faire des choix stratégiques. Beauclair décide, notamment, de fermer son comptoir et de développer des offres comme l’« abonnement potages » pour les entreprises.

Durant ces mois orageux, l’aide de Luc devient précieuse. « Il nous aide beaucoup pour la communication. Il est très diplomate, rigoureux et précis, explique Anaïs. On peut même lui demander de relire des mails et de nous conseiller sur des formulations. » Le soutien humain et stratégique proposé par Crédal peut apporter de l’oxygène dans des temps difficiles. Mais il ne remplacera malheureusement pas les aides plus structurelles dont Beauclair a besoin – et ce, d’autant plus qu’il a misé sur la durabilité et la cohérence jusqu’au bout des barquettes. « Le marché, conclut Anaïs, c’est une jungle. Nous avons fait le choix de la qualité. Les gens sont prêts à nous suivre mais on attend d’être plus soutenus. »

CÉLINE GAUTIER, Journaliste