Changer le monde avec Crédal

Changer le monde avec Crédal

Stéphanie Baras a monté un projet, il y a quelques années, autour de l’alimentation. Elle est aujourd’hui devenue conseillère chez Crédal où elle côtoie son ancien coach, Sylvain Launoy. Retrouvailles par écrans interposés.

Crédialogue : Vous avez tous les deux connus de grands changements dans votre carrière. Stéphanie faisait des biscuits artisanaux (Les Boudines, devenu aujourd’hui une société familiale) ; Sylvain produisait des fromages de chèvre. L’un et l’autre, vous êtes devenus coachs chez Crédal, à six ans d’intervalle.

Sylvain : Pour moi, ce n’était pas un changement si radical. Le style de tâches a changé mais pas la raison pour laquelle je travaille. Avant, je cherchais à faire du fromage à prix abordable, pas uniquement pour les bobos. Il y avait une passion, une envie de contribuer à un autre monde, que je retrouve assez fort chez les porteur.se.s de projets que j’accompagne chez Crédal – mais aussi chez Crédal en tant que structure.

Stéphanie : Chez moi aussi, il y a une forme de continuité. J’avais créé Les Boudines, pas seulement pour mettre la main à la pâte mais pour montrer qu’il y avait moyen de faire les choses autrement, en proposant des biscuits sains, vegan, bio et sans gluten. Le biscuit, c’est l’un des produits sur lequel le monde industriel fait le plus de marges, en diminuant sans cesse la qualité. C’est un symbole de notre société malade. Mais, malgré ce discours militant, après trois ans, je me suis rendu compte que j’avais un impact limité. J’ai eu envie d’aller semer des graines plus loin et de faire de l’accompagnement.

Sylvain : Mais pourquoi as-tu choisi de rejoindre Crédal ?

Stéphanie : Les raisons sont les mêmes que celles pour lesquelles j’ai créé Les Boudines. Cela faisait suite à un burnout – pendant trop d’années, tu t’assieds sur tes valeurs. Je voulais un projet en phase avec ce que je veux pour le monde de demain. La seule structure d’accompagnement qui avait ces valeurs-là, c’était Crédal. Je ne serais pas devenue coach ailleurs.

Crédialogue : Sylvain, à l’époque, c’est toi qui avais accompagné Les Boudines. Quels sont tes souvenirs de cet accompagnement ?

Sylvain : C’était un accompagnement assez « typique » : on a souvent face à nous des personnes qui ont énormément de compétences mais qui ont subi des accidents de la vie, personnels ou professionnels, et qui ont besoin de reprendre confiance en eux. On est là seulement pour encourager et poser les questions. On assiste souvent à une montée en puissance des compétences. Je trouve ça beau comme processus.

Céline Gautier, Journaliste