Beego réduit la fracture numérique dans la société belge

Beego réduit la fracture numérique dans la société belge

Ce protrait s'inscrit dans le cadre d'une série d'article présentant les clients de Change, le fonds d'investissement à impact social de Crédal.

Le numérique prend de plus en plus de place dans nos vies. Ce constat contribue à approfondir la fracture entre ceux qui ont des difficultés à utiliser ces outils et ceux qui les maîtrisent. Beego a vu le jour pour changer cette réalité en mettant en lien des étudiants en informatique et des personnes ayant besoin d’aide dans la gestion de leurs outils numériques.

Après avoir rencontré le succès dans quatre grandes villes du pays (Leuven, Gand, Anvers et Bruges), Beego a fait appel à Change afin de recevoir un appui financier et des conseils pour s’étendre à l’ensemble du pays.

Il s’agit du troisième projet soutenu par Change. Ce fonds d’investissement créé par Crédal met des capitaux et des conseils à disposition d’entrepreneurs sociaux innovants. Philippe Herbiet, coordinateur du fonds, explique pourquoi le projet de Beego correspond à la philosophie de Change, « Beego est pour nous un très bon exemple de ce qu’est l’entrepreneuriat social : la volonté de répondre à un besoin sociétal majeur en s’appuyant sur un projet d’entrepreneuriat innovant et ambitieux. Beego se base sur un modèle de croissance durable mise au service d’un impact positif. »

 

En plus de mettre des fonds à disposition de Beego afin de soutenir leur développement, Change propose son expertise en matière de mesure d’impact social. Il s’agit d’un des aspects de la collaboration qui a particulièrement plu à Frederick Scrayen, fondateur de Beego, « nous sommes très intéressé par les compétences de Change en matière de mesure d’impact social. Notre impact positif sur la société est un élément fondamental de notre projet. Change apportera un regard extérieur qui nous permettra de nous challenger en la matière. »

Beego propose en effet une solution sociale et innovante en matière de lutte contre la fracture numérique. Frederick Scrayen explique, « nous avons remarqué que beaucoup d’étudiants en informatique faisaient des job d’étudiants dans des métiers qui ne permettaient pas de mettre leurs compétences en avant, comme les jobs dans l’horeca par exemple. D’un autre côté, beaucoup de personnes sont en recherche d’aide lorsqu’ils sont confrontés à un soucis informatique. Beego propose de répondre à ces deux besoins. » Et la formule marche bien puisqu’à ce jour, une cinquantaine d’étudiants font partie du réseau Beego qui compte une liste d’attente d’une centaine de personnes ! « Les jeunes veulent trouver du sens dans leur travail et cette initiative est une belle manière d’atteindre cet objectif. »