Mais qui se cache derrière le Crédialogue n°1 ?

Publié le 01-04-2021

Mais qui se cache derrière le Crédialogue n°1 ?

Crédialogue : n.m, qui trouve son origine lors d’un brainstorming créatif entre quatre économistes et analystes crédit aux alentours du 17 février 1995 vers 13h37, entre trois tasses de café et une de thé, quelques biscuits Delacre et une pile de dossiers de crédits aux associations.

« L’idée d’un outil d’information vers les coopérateurs a été soufflée à l’oreille du directeur général de l’époque Michel de Wasseige par le conseil d’administration » nous raconte Christian Rousseau, conseiller et analyste crédit chez Crédal entre 1994 et 1999, en charge de la réalisation du tout premier Crédialogue.

« L’objectif c’était que l’on puisse informer les coopérateurs sur les différents projets financés par Crédal. Alors avec notre petite équipe, Michel, Laurent, Sabine et moi*, nous avons créé un Template Word, rédigé un éditorial et pris le temps d’écrire quelques lignes sur nos clients dans la rubrique Allô, Crédal ?

Dans le Crédialogue n°1, on avait mis en avant trois clients : « le 210, gîte et couvert », le premier client financé par Crédal ; « Quelque chose à faire » : à l’initiative du premier site d’économie sociale à Charleroi ; et enfin « CopalGaume » : une coopérative de formation de maçons alternatifs en Gaume.

On avait également fait le choix de créer les rubriques : Billet européen qui avait pour but de relater une initiative européenne de lutte contre l’exclusion. Et celle abordant l’évolution de la place de l’économie sociale : Du côté de l’Économie sociale. »

En se replongeant dans les souvenirs de la création de ce premier Crédialogue, Christian nous explique que ce projet rédactionnel lui avait réellement permis d’apporter de la diversité dans son travail. Ce n’était pas commun pour un analyste crédit de faire de la rédaction, de la mise en page, du suivi éditorial ou encore de l’impression.

Ingéniosité et créativité sont des termes que l’on connait bien aujourd’hui au département communication et Christian le souligne en rigolant lors de notre interview. « Vous savez à l’époque, nous avions plus ou moins 200 coopérateurs, le Crédialogue tenait en une page A3 recto-verso. On a imprimé les copies sur l’imprimante du bureau, plié les exemplaires à la main et c’était bon… aujourd’hui ça doit être autre chose avec vos 12 pages et 4 000 coopérateurs… »

*Michel de Wasseige, Laurent Maes, Sabine Noël et Christian Rousseau

Natalia GREGA, chargée de communication