Dans les coulisses du nouveau théâtre du Rideau de Bruxelles

Dans les coulisses du nouveau théâtre du Rideau de Bruxelles

Depuis 2011 et son départ du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le théâtre du Rideau vivait une période de nomadisme, de rencontres et de débrouille. Aujourd’hui, il ouvre sa nouvelle saison sous un toit bien à lui. Où les riverains, les artistes et le public se sentent comme à la maison.

Le dramaturge Arthur Adamov disait « Le théâtre est un temps réinventé dans un espace transfiguré. » Le Rideau, qui a adopté cette citation, l’a appliquée à la lettre et dans tous les sens : son théâtre est aussi un temps transfiguré dans un espace réinventé.

Cet espace, ce sont cinq bâtiments au coeur d’Ixelles, dont une ancienne charbonnerie et des maisons particulières, qui ont été fondus dans un ensemble cohérent, ouvert sur un patio central. Le lieu a été repensé par le bureau Ouest architecture, avec comme lignes de force le confort des spectateurs et des artistes, l’accueil des publics, l’accès aux personnes à mobilité réduite et l’intégration harmonieuse et discrète dans le quartier. Toute la circulation de l’ensemble a été (re)pensée.

 

On est heureux d’avoir accompli cela.
Et, pour la première fois de notre vie,
d’avoir un théâtre à nous.

 

 

 

 

Cette rénovation a coûté 1.100.000 euros au théâtre : 200.000 euros de la Loterie nationale, 475.000 euros de subsides en infrastructures de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 25.000 euros de dons et deux crédits de 250.000 euros obtenus auprès de Crédal et de Triodos – les projets culturels n’étant « pas vraiment entendus » dans les banques classiques, explique Catherine Briard, secrétaire générale du théâtre.

Même si les années d’errance laissent plein de beaux souvenirs – dont de riches échanges avec d’autres théâtres – le Rideau savoure le plaisir de s’être posé. « C’est vraiment un bonheur », confirme Catherine Briard. « On est heureux d’avoir accompli cela. Et, pour la première fois de notre vie, d’avoir un théâtre à nous. »

CÉLINE GAUTIER