Rapport d'activité 2016

Cette année, le rapport d’activités de Crédal vous invite à entrer dans le monde en perpétuelle
ébullition des entrepreneurs. Qu’ils soient transporteurs, coiffeurs, maraîchers, architectes, graphistes ou restaurateurs, ils veulent être aux commandes de leur avenir et faire des choix qui leur ressemblent et leur permettent de vivre et faire vivre leur famille dignement.

Dans les couloirs et les salles de réunion de Crédal, ils sont nombreux à venir présenter et défendre leur rêve. Au fil de ce rapport, nous vous emmenons à la rencontre de quelques-uns d’entre eux et nous vous donnons à voir le processus qui transforme ce rêve en réalité. Ils et elles sont pleins d’enthousiasme et d’idées et ne ménagent pas leurs efforts pour construire leur projet.

Si on ne peut que se féliciter de toutes les initiatives et de tous les projets qui contribuent à la construction d’une société plus juste, plus durable et plus solidaire – mais il ne faut pas s’y tromper, c’est un processus à remettre sans cesse sur le métier –, on ne peut manquer de constater que, pour autant, la réalité n’est pas évidente pour tous et que certains de ces candidats entrepreneurs naviguent même vent contraire. Ce qui soulève chez Crédal beaucoup de questions.

Aujourd’hui, nous sommes au coeur de transformations économiques qui bousculent les paradigmes et les certitudes. Tout est possible. Le pire comme le meilleur. Ces grands mouvements de fond qui remodèlent la société de demain, Crédal y participe. D’un côté, en interne, Crédal doit continuellement s’y adapter pour être en mesure de continuer à assurer ses missions en adéquation avec ses valeurs fondatrices. De l’autre, Crédal est assurément l’un des rouages qui entraînent cette transformation vers le meilleur. 

Mais cette transformation est également faite de difficultés. Et ce n’est finalement pas des clients qu’elles viennent, c’est surtout du monde économique. La faillite d’Optima dont Crédal a fait les frais cette année en est un exemple. C’est le genre d’événements « économiques » qui auraient pu être un coup dur. Heureusement, la solidité et le bon équilibre de notre modèle nous permettent de gérer ce genre de difficultés, tout en continuant à remplir nos missions et en proposant un dividende au-dessus des intérêts classiques, sans toucher à nos réserves et tout en oeuvrant pour l’avenir.

Comme vous le découvrirez en lisant le rapport 2016 l’avenir chez Crédal est plein de promesses.
Bernard Horenbeek, directeur
 

> Rapport d'activités 2016 


Ils vous y parlent de leur projet

Sur un fil, un baladin

« Les Baladins ne savent pas que c’est impossible, alors ils le font » annonce Gaspar Leclère. Derrière lui, par la fenêtre, lui offrant avec un à-propos qui frise l’insolence un arrière-plan spectaculaire, un technicien semble danser sur le faîte d’un grand chapiteau jaune et bleu.

En savoir plus

La vie est là, il faut en profiter

Le parcours qui a conduits Yves Rossius et son épouse, Nadine Vanderdeelen dans les bureaux de Crédal est long et inattendu. C’est l’histoire de débuts prometteurs, de projets enthousiasmants et d’une succession de décisions qui mènent un couple, dont la vie aurait pu être sans heurt, au bord de la vulnérabilité.

En savoir plus

Un tango à Bruxelles

Chaque année, la capitale résonne au son des bandonéons et des violons. Dans les salles de bal, sur les parquets lustrés, les talons aiguilles dessinent des arabesques étranges et compliquées et les danseurs enlacés ne rompent qu’à regret l’abrazo aux premières lueurs du matin. C’est le Brussels Tango Festival.

En savoir plus

Des plantes, des bulles, tout en beauté

« A l’époque, j’avais surtout envie de quelque chose qui corresponde à mes valeurs. Je n’avais pas du tout l’intention de lancer mon entreprise. » La démarche de Juliette suscite de l’intérêt. Alors elle s'est dit : « on n’a qu’une vie. Je me lance. Pourquoi pas ? »

En savoir plus

Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours

Adeline, armée de sa tablette graphique, a le don pour dessiner en trois ou quatre traits ce que vous pensiez compliqué à faire comprendre. La traduction graphique, selon l’expression de cette architecte reconvertie, est l’art de transformer les choses compliquées en dessins simples.

En savoir plus

Un peu de champignons dans votre marc ?

Fungi Up, une jeune coopérative liégeoise, fait le pari que nos déchets sont des ressources et qu’il y a beaucoup à gagner en recyclant et valorisant le marc de café. De délicieux pleurotes, par exemple.

En savoir plus

Vous reprendrez bien un peu de mo-mo ?

À Bruxelles, une petite enseigne zen offre aux amateurs de cuisine durable un voyage gastronomique au Tibet. Aux commandes et aux fourneaux, Lhamo Svaluto Ferro, tibétaine de racine, italienne d’adoption, qui régale ses clients de savoureux mo-mo, ces gros raviolis tibétains, et de soupes de nouilles.

En savoir plus
   
X