Le Vestiaire

Comme Chez Nous ASBL

Situé en bordure de la Sambre à Charleroi ville-basse, le Vestiaire offre la possibilité à des femmes en situation de grande précarité de se procurer des vêtements, des chaussures et d’autres accessoires gratuitement. Chapeauté par l’asbl Comme Chez Nous, il donne en même temps l’occasion aux participantes de rencontrer d’autres femmes, de passer un bon moment dans un lieu convivial, voire de pousser d’autres portes…

Depuis son lancement au printemps 2016, le Vestiaire accueille, une fois par mois, pour quelques heures, une petite vingtaine de femmes âgées de 18 à 50 ans dans des locaux situés à côté du Rebond, un Centre d’accueil de jour pour adultes sans-abri. L’activité y est d’ailleurs systématiquement annoncée. « Chaque mois, pour 70% des femmes environ, c’est la première fois qu’elles viennent au Vestiaire, nous explique Manu Condé, le responsable du projet. Seules 30% des participantes le connaissent déjà. C’est auprès de ces femmes-là que nous recherchons les ressources pour porter le projet. Une bénévole les accompagne et assure l’encadrement, mais le Vestiaire est largement cogéré par les participantes elles-mêmes. Ce sont d’ailleurs elles qui sont à la base du projet puisque sa mise en place répond à une demande exprimée dans le cadre des « Fleurs du Bien », un autre projet lancé par le service de promotion de la santé de l'asbl Comme Chez Nous. »

Les femmes qui participent à la gestion du Vestiaire se rencontrent deux fois par mois pour trier et nettoyer les vêtements reçus. « Nous n’organisons pas de collecte à proprement parler. Il s’agit plutôt de dons spontanés, grâce au bouche à oreille surtout. Parfois, certaines participantes ont elles-mêmes des vêtements qu’elles ne portent plus et qu’elles peuvent donner. L’une d’entre elles sait coudre. Lorsque des vêtements reçus sont abimés mais encore réparables, elle les remet en état. Outre la récupération, qui constitue une dimension importante pour nous, l’idée d’impliquer activement les femmes dans le projet et, ce faisant, de valoriser leurs compétences est essentielle. Faire de l’assistanat pur ne nous intéresse pas. Les objectifs du Vestiaire dépassent largement la simple distribution de vêtements. »

Grâce à un seuil d’accès très bas, le projet permet notamment de toucher des femmes qui sont parfois très méfiantes vis-à-vis des services d’aide sociale ; des femmes dès lors exclues de services dont elles pourraient bénéficier si elles faisaient la démarche d’y faire appel. « Le Vestiaire, c’est d’abord une petite structure, un lieu convivial qui favorise les rencontres et permet de créer du lien social ; les participantes peuvent y échanger des informations et, comme elles s’y sentent en confiance, aborder parfois des sujets difficiles ou exprimer leurs envies. »

Une fois par mois, ces femmes peuvent ainsi quitter leur quotidien et entrer dans autre chose. C’est une parenthèse positive, qui peut aussi devenir une porte d’entrée vers d’autres activités ou d’autres services. Les participantes ont notamment l’occasion de découvrir notre atelier cuisine ou d’autres activités de promotion de la santé et du bien-être que nous organisons dans le cadre du projet « Fleurs du Bien ». Récemment, nous avons par exemple organisé un atelier où nous avons essayé différentes recettes de grand-mère pour faire du savon, du dentifrice, du rouge à lèvres… » Autant d’activités où l’accent est mis sur la valorisation et le renforcement des compétences des participantes.

Cela dit, les vêtements ne sont pas non plus un simple prétexte. « La question de l’apparence est effectivement importante. Cela touche à la dignité et peut avoir un impact important sur l’estime de soi. Être habillée dignement pour aller à un rendez-vous chez le juge – beaucoup de ces femmes ont des enfants placés –, pour un rendez-vous au CPAS, voire un rendez-vous galant, c’est beaucoup plus important qu’il n’y paraît. A l’inverse, être « mal » habillée peut vous fermer des portes. » Or le but du Vestiaire est précisément de les ouvrir…

Comme chez nous est client de Crédal de longue date et finance une partie de ses activités grâce à des crédits solidaires.

En savoir plus:

https://www.asblcommecheznous.be/pages/raps.html

   
X