Un peu de champignons dans votre marc ?

Fungi Up

Tous les buveurs de café le savent forcément : chaque tasse du brûlant breuvage produit sa dose de marc de café qui finit inévitablement au mieux dans le seau compost, au plus fréquent dans la poubelle. Inévitablement, vraiment ? Fungi Up, une jeune coopérative liégeoise, fait le pari que nos déchets sont des ressources et qu’il y a beaucoup à gagner en recyclant et valorisant le marc de café. De délicieux pleurotes, par exemple.

Dans la nature, pas de déchet. Rien ne se perd, tout se transforme. C’est le principe de l’upcycling et la maxime de Fungi Up, un projet né d’une initiative du Groupe d’Action Locale (GAL) Pays des Condruses. « À l’époque », explique Jean- François Pecheur, l’un des fondateurs, «nous avons obtenu un financement pour reconditionner un container maritime en champignonnière. » L’idée est simple : utiliser le marc de café produit par l’Horeca pour la culture de champignons. Sa réalisation, un chouia plus compliquée : « Au début, nous récoltions le marc dans des cafés et des restaurants liégeois et hutois. C’était très long et le marc pas toujours de première qualité » se souvient Jean-François. « Nous n’y connaissions pas grand-chose non plus dans la culture des champignons. On était assez débutant, en fait, et les champignons sont des petites bêtes parfois capricieuses » sourit-il.

Un peu de champignons dans votre marc ?

Pour lancer le projet, le GAL fait appel à l’Agence conseil de Crédal pour travailler sur le plan financier et aider à structurer les étapes de lancement et de développement du projet. « On avait déjà une première version assez ambitieuse. Mais le conseiller Crédal, qui connaissait le monde des champignons, nous a conseillé de ne pas voir trop grand et nous a mis en garde contre le danger de s’endetter et que le business ne suive pas. Alors on y a été étape par étape et on a commencé à apprendre notre métier. Nous nous sommes concentrés sur la fructification des champignons. Nous vendons nos champignons bios aux maraichers, restos et magasins de la région. Nous achetons notre substrat bio en Hollande. Mais nous n’oublions pas notre ADN. Ainsi avec le marc, nous confectionnons des kits et des seaux de champignons prêts à pousser : une entaille pour laisser passer l’oxygène, de l’eau et le tour est joué ». Un accord a été trouvé avec le magasin IKEA de Liège chez qui Fungi Up récolte désormais le marc nécessaire à ses cultures : pas moins de 300 kg chaque semaine !


Il est maintenant temps de professionnaliser l’outil de production. « Nous avons décidé de créer une coopérative et, grâce à une bourse Coopérative citoyenne, nous avons pu bénéficier de la consultance de Crédal pour le montage de celle-ci ». Créer une coopérative prend en effet tout son sens pour ce projet issu d’un Groupe d’Action Locale mu par une logique de développement territorial « La coopérative nous permet de créer une activité économique tout en respectant nos valeurs. Nous ne cherchons pas le profit mais plutôt la création d’emploi et l’insertion. »

 

Pour en savoir plus

www.fungiup.be
>
 Consultance et accompagnement de projets en économie sociale

 

Texte : Anne-Catherine de Neve, chargée de communication
Photographie : Olivier Papegnies du collectif Huma

   
X