Un crédit pour rester en bonne santé

Claudine et Freddy

Claudine et Freddy, la petite soixantaine, sont mariés et ont trois enfants – qui ont tous quitté le nid familial – et déjà deux petits-enfants. Pour financer une grosse intervention dentaire, très partiellement remboursée par leur mutuelle, ils ont sollicité un microcrédit personnel chez Crédal.

Pour Freddy, retraité des chemins de fer où il a travaillé comme agent de logistique pendant 35 ans, et Claudine, employée de grandes surfaces pendant trente ans, aujourd’hui au chômage, la vie n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Une mésaventure professionnelle les précipite il y a quelques années dans une spirale infernale. « Au début, ça allait bien pour nous. Mon mari avait une situation stable et je travaillais, surtout comme vendeuse dans la grande distribution. On avait acheté une maison. On s’en sortait. Puis j’ai perdu mon travail et tout s’est enchaîné » se souvient Claudine. Elle apprend que la pompe à essence à côté de sa maison est à reprendre. Elle accepte le job et prend le statut d’indépendante. Mais Claudine est en réalité victime d’une arnaque : les paiements qu’elle fait pendant trois ans sont détournés vers de faux représentants de la marque. Trois ans plus tard, le château de cartes s’écroule.

« C’est ça qui nous a coulés. On n’avait pas d’avocat au début. Ils m’ont fait signer une reconnaissance de dettes. On a dû tout vendre. On a tout perdu : la maison, la voiture, tout. On ne réfléchit jamais assez au départ, on ne sait pas. Ce qui nous est arrivé, ça été terrible. On n’avait plus rien ; on a commencé à faire des dettes et on a dû aller en médiation de dettes deux fois pour s’en sortir. » Freddy et Claudine ont obtenu il y a quelques années un premier microcrédit personnel pour une voiture, dont ils ont achevé le remboursement sans problème. Aujourd’hui, ils sont sortis de la médiation : « Maintenant il faut recommencer à gérer nous-mêmes. On a fait des ordres permanents et tout ça, alors je sais ce qu’il me reste pour vivre et puis, voilà. Mais recommencer encore, non, non, ça suffit. J’ai donné, merci. »

En novembre dernier, Freddy doit subir une intervention dentaire qui ne peut plus attendre. « Mon époux a dû se faire arracher toutes les dents, il y a quelques années. Les prothèses qu’on lui avait placées ne tenaient plus. En bougeant, la prothèse du haut lui abîmait le palais. C’était très douloureux ; il ne pouvait plus rester comme cela » explique Claudine. Le devis est important : 1600 euros dont la moitié seulement sera remboursée par la mutuelle du couple, trois mois après l’intervention. Il faut donc avancer l’entièreté de la somme. Mais le couple n’en dispose pas. Ils font donc une deuxième fois appel à Crédal pour financer la nouvelle prothèse. Une fois que le remboursement sera terminé, Claudine se soignera à son tour : « Les deux en même temps, ça on ne peut pas se le permettre. Il faut être riche pour se soigner. »

Pour en savoir plus sur le microcrédit aux particuliers

Propos recuillis par Anne-Catherine de Neve, chargée de communication

   
X