A l'école de la solidarité... Chiche!

Le point de vue de Jacques Liesenborghs

À l’école de la solidarité ! Chiche…

Mais… oui ! Il existe des écoles où la solidarité entre élèves est une valeur fondamentale qui se traduit par une approche différente des apprentissages, des évaluations, de l’attention aux autres... Des écoles où on est soucieux que tous maîtrisent les savoirs et où on s’organise pour y arriver : tutorat, travail en équipe, rythme de chacun respecté,etc. Il existe des écoles où l’argent a sa place : caisse de classe gérée en commun, débat sur les achats, sur le prix des sorties qui doivent rester accessibles à toutes et à tous, etc.

Il ne s’agit donc pas de beaux mots, d’un « supplément d’âme », mais bien d’un apprentissage (parfois difficile) de la solidarité. Chapeau aux enseignants et aux élèves parce que tout, autour d’eux, pousse à la compétition : débauche d’évaluations à l’école, demande de certains parents (des classements, des pourcentages, svp) : « il faut les endurcir, les préparer à un avenir qui ne sera pas rose... ». Quoi que certains prétendent, le système, la demande sociale est à la compétition, à la hiérarchisation, aux classements, pas à la poursuite de l’égalité des acquis !

Bravo à celles et à ceux qui résistent (si possible en équipe) et qui entrainent à des pratiques solidaires : « Mieux vaut une réussite solidaire qu’un exploit solitaire ! », comme le disait si justement une jeune élève d’une classe coopérative.

Et si nous, épargnants solidaires, nous investissions les écoles de nos enfants et petits-enfants et ouvrions de bons débats sur ces questions ? Chiche ! 

Jacques Liesenborghs, coopérateur Crédal

   
X