L'accès au logement pour tous avec le CIRE

Pour le public fragilisé des réfugiés et des personnes étrangères à faibles revenus, trouver un logement décent tient souvent du parcours du combattant. Le Service Logement du CIRÉ développe depuis 2003 des solutions originales pour les aider à trouver un logement adéquat à un prix abordable.

Depuis plus de 60 ans, le CIRÉ se penche sur les questions relatives à la situation des demandeurs d'asile, des réfugiés et des étrangers avec ou sans titre de séjour : migration, accueil des demandeurs d'asile, régularisation des sans-papiers, politique d'enfermement et d'expulsion des étrangers ou encore intégration de ces personnes dans notre société sont au cœur de ses activités.

L'intégration des migrants soulève naturellement la question de leur accès au logement. Flambée des prix de l’immobilier, pénurie des logements sociaux, vétusté et discriminations rendent l’accès au logement quasiment impossible pour le public cible du CIRÉ. Les freins sociaux et financiers sont nombreux. « Outre les discriminations liées aux origines, ce sont les familles nombreuses qui rencontrent le plus de difficultés pour se loger. Avoir beaucoup d’enfants et des revenus sociaux (CPAS, RIS, etc.), cela peut faire peur aux propriétaires. » explique Maria-Elvira Ayalde, qui travaille au Service Logement. «En outre, les logements disponibles à la location sont souvent trop chers, trop petits et peu adaptés à ces familles. »

Malgré leurs revenus limités, envisager l’achat de leur propre logement est parfois la seule solution pour ces familles. « Quand on a commencé à accompagner les familles dans leur recherche d’un logement, on s’est rendu compte qu’elles avaient souvent la capacité de rembourser  un prêt hypothécaire – même si c’est parfois  serré –, mais pas d’épargne pour payer l’acompte demandé au moment du compromis de vente. On a donc mis sur pied des groupes d’épargne collective et solidaire (GECS). »

Le principe, proche de celui de la tontine, est simple : des familles épargnent ensemble dans une caisse commune. Le montant épargné par mois, qui tourne généralement autour de 75 à 100 euros, est décidé ensemble. Quand une famille trouve un logement et est prête à signer le compromis, c’est la caisse commune qui avance l’acompte nécessaire. Le montant de l’acompte est ensuite intégré dans le prêt hypothécaire consenti par le Fonds du logement à la famille et intégralement remboursé à la caisse commune. « Le CIRE a créé un fonds qui vient en aide quand l'épargne des groupes est insuffisante et une partie de ce fonds est placé chez Crédal, qui serait d'accord de prêter les sommes nécessaires si plusieurs familles achètent en même temps et que le fonds ne dispose pas non plus d’assez de liquidités. Mais ce n’est jamais arrivé jusqu’ici. ».

En général, un groupe d’épargne collective est actif pendant deux ans et demi et rassemble en moyenne 25 familles. Le CIRÉ accompagne aujourd’hui des groupes organisés par d’autres associations. En 2014, 10 groupes ont ainsi été accompagnés par le CIRÉ, à Forest, Ixelles, Anderlecht, Molenbeek, Saint-Gilles, Schaerbeek, Bruxelles-capitale, Charleroi, Ottignies. Le Ciré accompagne également les familles dans les démarches d’acquisition du bâtiment.

« Aujourd’hui, on a plus de 160 familles qui sont en attente pour rejoindre un groupe d’épargne. Pour qu’elles puissent entrer dans un groupe, il faut que leur situation sociale et matrimoniale soit claire, qu’elles soient en règle de papiers et que leur capacité de remboursement soit suffisante pour assumer un crédit hypothécaire. Aux personnes qui n’ont pas de place dans un groupe ou dont la capacité de remboursement est jugée insuffisante d’après l’analyse de leur budget, on propose de faire une épargne individuelle chez Crédal, histoire de se préparer. »

Les projets d’épargne probatoire et solidaire (PEPS), mis en place en 2014, permettent aux familles candidates de réaliser une épargne individuelle pendant la période d’attente. Cela leur permet de vérifier par elles-mêmes leur capacité à devenir propriétaire, tout en se créant un apport propre pour l’acquisition future. A l’heure actuelle, une quarantaine de familles sont entrées dans un PEPS et épargnent régulièrement… ou non, en fonction de leur situation.

Outre cette collaboration au niveau du logement, le CIRÉ bénéficie d'un crédit d'investissement long terme chez Crédal. 

> www.cire.be

   
X