Hall relais agricole pour projets collectifs

Cynorhodon

Quand un centre d’insertion socioprofessionnelle en maraîchage biologique, agriculture biologique et gestion écologique d’espaces verts, et des maraîchers biologiques de la région, décident de travailler ensemble, cela donne la création d’une filière de transformation et de valorisation des produits locaux. Et c’est tout bon !

Cynorhodon, c’est un centre d’insertion socioprofessionnelle qui dispense, dans les environs de Liège depuis près de 15 ans, des formations pour adultes en maraîchage biologique, agriculture biologique et gestion écologique d’espaces verts. Il y a quelques temps, l’asbl partage avec plusieurs petits producteurs bio et des jeunes qui souhaitent se lancer, le constat que la survie des activités de maraîchage biologique est toujours aussi difficile. « Il y a beaucoup de jeunes maraîchers qui se lancent, mais peu qui tiennent le coup dans la durée. Ce n’est pas évident de vivre de sa production. Nous avons commencé à réfléchir ensemble au moyen de créer de la valeur ajoutée et de valoriser les surplus de production afin d’augmenter les rentrées des producteurs.» explique Michel Bronlet, directeur de l’asbl Cynorhodon.

Assez vite une idée émerge de ces réflexions : développer une filière collective de transformation. « Ce qui est compliqué à gérer dans le métier de maraîcher, ce sont notamment les pics de production saisonniers, ainsi que les surplus. D’un autre côté, une vraie demande de produits transformés existe. Les collectivités, les hôpitaux, les restaurants d’entreprise ont envie de consommer local et bio. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. A l’initiative de Cynorhodon, rompue au montage de projets, les partenaires se lancent dans l’aventure et répondent à un appel à projet de la Région wallonne qui soutient la création de hall relais agricoles. Une coopérative à finalité sociale, ADM BIO, est créée autour de sept producteurs et l’asbl. « Tout a été très vite une fois qu’on s’est décidé. Nous avons d’abord réalisé quelques tests dans la conserverie mobile de la Province de Liège pour développer des recettes et nous familiariser aux techniques de conservation et nous avons décidé de nous lancer sans attendre. »

Bien que les premiers subsides ne soient pas encore arrivés, ADM BIO installe, grâce au préfinancement d’un coopérateur, un premier atelier de transformation provisoire en attendant l’implantation définitive du hall relais. Un plan de culture collective est établi. Les premières récoltes à l’été 2017 sont transformées dans l’atelier : carottes, oignons, bettes, persil, chou-fleur, etc. sont lavés, coupés, conditionnés sous vide ou congelés, transformés en soupes ou en préparations culinaires de base. « Notre défi aujourd’hui, c’est de créer un réseau de distribution pour nos produits. Il manque clairement un intermédiaire bio entre les magasins et les producteurs pour faciliter la distribution. »

Les premiers marchés se concluant seulement en ce début d’année 2018, ADM BIO a fait appel à Crédal, avec qui Cynorhodon travaille depuis des années dans une belle communauté de valeurs, pour un crédit de trésorerie qui permettra de faire la jonction avec les premières rentrées.

 

Propos recueillis par Anne-Catherine DE NEVE
Chargée de communication

   
X