Freedom, pour se libérer de l'alcool à domicile

Portrait de Benoît Brouillard

Benoît Brouillard est coordinateur du Réseau Assuétudes du Hainaut occidental. Dans ce cadre, il coordonne un projet-pilote d’aide au sevrage de l’alcool par l’accompagnement à domicile mené dans la province du Hainaut, dont le nom évocateur, « Projet Freedom », porte l’espoir d’un changement.

Le projet est né au sein d’un groupe de travail porté par Gui Jonniaux, neuropsychiatre, et Pascale Hontoir, psychologue, tous deux spécialisés en alcoologie. « Gui et Pascale étaient convaincus qu’il manquait quelque chose dans la prise en charge de l’alcoolisme. On est donc parti à la rencontre des patients et de leurs proches pour mieux cerner leurs besoins » explique Benoît. « Ils nous ont parlé de la difficulté à gérer le retour après un sevrage en hôpital. À l’hôpital, ce sont les murs qui décident pour vous. Mais une fois que vous êtes revenu chez vous, l’alcool est de nouveau présent.» L’idée leur vient donc de proposer un sevrage à domicile accompagné par une équipe de professionnels.

Tout au long de son sevrage, quelle qu’en soit la durée ou le nombre des rechutes, la personne dépendante sera accompagnée par une équipe de professionnels qui vont veiller sur elle, au quotidien. En première ligne, le psychiatre et la psychologue de Freedom mais aussi une équipe de proximité constituée pour l’occasion : un infirmier, un kinésithérapeute, le médecin traitant ainsi que les proches éventuels. Ceux-ci seront aidants et aidés dans la prise en charge. L’idée du projet, c’est de veiller sur la personne dépendante et pas de la surveiller. En cas de rechute – et ça arrive ! –, toute l’équipe se remobilise aussitôt. Cela fait la force du dispositif : « Les personnes qui rechutent osent nous en parler, parce qu’elles savent qu’il n’y aura ni jugement ni sanction. Cela permet d’intervenir beaucoup plus tôt et d’éviter qu’elles ne replongent complètement. » Le projet Freedomaccompagne 40 personnes par an, pendant 4 à 5 mois. Parfois moins longtemps car, sans alcool, les personnes recommencent à vivre. « L’alcool, c’est comme un entonnoir dans lequel tout s’engouffre. Quand l’alcool s’en va, il y a plein de choses qui reviennent : les proches, les activités, la vie de famille, la vie professionnelle… La vie redémarre. »

L'apport de Crédal

Chaque année, Crédal préfinance les subsides de Freedom. Actuellement, Freedom bénéficie d'un crédit de trésorerie court terme de 25.000 euros.

Pour contacter le Projet Freedom
Julie Bouvry Rue de la Citadelle, 124 B19 - 7500 Tournai lacahofreedom@gmail.com - 0477/05 62 57

   
X