Envie d’une escapade fluviale en Basse-Meuse ?

Scrl.fs Liège au fil de Meuse

Visé, son ancienne collégiale, ses oies qui, sur l’autre rive, animent le quai du halage et, entre les deux, son île robinson... c’est au bord de cette petite île mosane, jadis fleuron touristique de la région, que la scrl.fs* Liège au fil de meuse a décidé, à l’entame de l’été 2013, d’amarrer sa flottille.

Le projet: Grâce à l’apport de ses 35 premiers coopérateurs et à un prêt de la SOWECSOM+, la jeune coopérative liégeoise a acheté une série de bateaux électriques, de 5 et 10 places. «Au nombre de 6 pour l’instant, ceux-ci se pilotent sans permis et ne nécessitent aucune connaissance particulière, explique jean-Louis Schmetz, l’initiateur du projet. Notre objectif est d’offrir à chacun la possibilité de goûter en toute sécurité à la navigation fluviale de plaisance.» Ce faisant, la coopérative entend créer de l’emploi pour des personnes peu qualifiées.

Si, au départ, l’activité avait été pensée pour Liège, son déménagement à Visé n’a pas posé trop de problèmes. « Les résultats très positifs de la première saison ont d’ailleurs étonné les professionnels du secteur. 2014, en revanche, fut moins réussie à cause d’une météo trop souvent maussade. »

L’endroit possède en tout cas des atouts qui collent finalement bien avec la philosophie du projet : « ce tronçon de Meuse et le canal de jonction qui le relie au canal Albert n’accueillent quasi pas de navigation marchande et la faune aquatique et avicole y est riche. Nous avons choisi des bateaux lents, non polluants et totalement silencieux, qui permettent d’approcher et d’observer la faune sans l’effrayer. Mais ce que nous voulions avant tout, c’est proposer une activité familiale différente, qui sorte de cette dynamique du « toujours plus vite ». » Et pour ceux qui aiment combiner, le Ravel n’est qu’à un jet de pierre…

Pour sa troisième saison, la coopérative a quelque peu diversifié son offre. «Les amateurs d’activités plus physiques peuvent, en effet, louer des canoë-kayak. A l’avenir, nous aimerions aussi acquérir quelques barques à rames…» Cela dit, il n’est pas question de s’agrandir démesurément. «Pour l’instant, la balade que nous proposons ici a encore un petit côté exclusif. Si vous deviez croiser sans cesse d’autres bateaux, elle perdrait une grande partie de son charme.»

L'apport de Crédal: La coopérative a bénéficié d’un crédit de Crédal lors du lancement de son activité.

François Bonheure, journaliste volontaire

Plus d'infos

   
X