BeYurt

Une toile comme maison

Stéphane, bioingénieur reconverti dans la construction en bois, et Yann, psychologue,  ingénieur du son et écologiste convaincu, se sont rencontrés il y a un an et demi. Si rien  ne semblait devoir les réunir, il était pourtant quasi inéluctable que cette rencontre ait  lieu. Chacun, dans son coin, s’affairait en effet au même projet un peu fou : construire  des yourtes, ces drôles de tentes rondes matelassées que l’on voit dans les reportages sur  les steppes lointaines et les farouches nomades qui les traversent à grand galop.  

Stéphane et Yann ne sont pas tombés dans la yourte par  hasard. Cette solution d’habitat léger, démontable, économique et écologique s’est imposée comme une évidence  dans leur vie.  « J’ai  toujours été passionné de questions énergétiques et d’isolation écologique. Le travail sur les yourtes  est pour moi un laboratoire expérimental sur l’énergie  et le cycle de vie des matériaux » explique Stéphane qui a  construit une yourte pour tester le concept par lui-même.  Yann, de son côté, envisage un temps d’aménager un camion pour répondre à l’appel de la vie itinérante.  Il découvre  l’écoconstruction sur des chantiers participatifs et voit dans  la yourte un habitat facilement accessible en autoconstruction : « J’ai suivi une formation de menuiserie et j’ai investi  dans  quelques machines. Construire des yourtes me permet  de concilier mon intérêt pour l’écologie et mon goût pour le  travail manuel. »  

De toile, de laine et de bois, la yourte est une structure autoportante où toutes les forces en jeu s’équilibrent. Comme  par magie. Pas besoin de fondations ni de murs ou de béton,  juste une coupole de bois, comme suspendue, dessinant un  espace cocon, doux et chaleureux. Très économiques – une  yourte coûte entre 10.000 et 30.000€ – elles facilitent l’accès au logement. Bien isolées, elles exigent peu d’énergie de  chauffage : un poêle à bois y suffit. Ultra légères et construites  avec des matériaux naturels et tout le confort moderne, elles  sont entièrement compostables : une fois démontées, il ne  restera aucune trace de leur passage.  « Ma  yourte pèse 7 fois  moins qu’une maison en ossature bois. Ca veut dire 7 fois  moins de matériaux ! Et seulement 70 kg qui viennent du  pétrole...Tout le reste est naturel » se réjouit Stéphane.  

Une yourte en Belgique ? Une idée pas si saugrenue qui fait  son petit bonhomme de chemin dans nos mentalités. Si ce  sont souvent des jeunes qui cherchent une autre manière  d’habiter,  « ce ne sont pas que les hippies qui viennent nous  voir » sourit Yann.  « La yourte peut rencontrer des envies très  différentes : logement principal, atelier ou bureau, chambre  pour invités ou pour grands ados avec des rêves d’autonomie, tout est possible. »  

Après 9 prototypes construits, Stéphane et Yann ont décidé  de lancer leur société, BeYurt.  Ils bénéficient de l’accompagnement précréation de Crédal Entreprendre.  Ils commercialiseront des yourtes sur mesure, de 8 à 50 m 2 .    

Pour en savoir plus : www.beyurt.be

   
X